Mon coworkation aux îles Lofoten, et l’équilibre travail – vacances

Jamais 2 sans 3 dit-on. J’ai déjà écrit à propos de mes deux premiers séjours de « coworkation » : à Sun and Co. en Espagne au début du printemps, puis à Novovento aux Açores au début de l’été. C’est donc en toute logique, au début de la troisième saison, que je vis ma troisième expérience de coworking et coliving.

En réalité, j’avais décidé de ce séjour dès le printemps. Je n’avais pas hésité longtemps en apprenant l’ouverture prochaine de ce lieu d’accueil très particulier. Et comme si les choses n’arrivaient jamais par hasard, un projet de voyage dans les mêmes contrées s’est réactivé au même moment entre un ami et moi.

Le nord, et le nord du nord !

Le projet de voyage, c’était la Norvège. C’est beau la Norvège ! Mais c’est loin la Norvège ! Et c’est grand la Norvège ! Alors Olivier et moi savons déjà qu’il nous faudra faire des choix. Lui n’aura droit qu’à 15 jours de vacances. Et pour moi, désormais, prendre des vacances revient à abandonner mon travail, mon auto-entreprise, mes clients, mes revenus. Je sais qu’il sera difficile de travailler au cours d’un tel voyage. Nous nous contenterons donc de découvrir ensemble une partie du sud et du centre de la Norvège, commençant notre parcours à Oslo et le finissant à Trondheim.

Oui mais, pour moi, la solution Arctic Coworking Lodge vient compléter parfaitement le ce projet. Arctic Coworking Lodge ? Quèsaco ? C’est un nouveau lieu de coliving et coworking, probablement le plus septentrional au monde. Il est situé dans les îles Lofoten (prononcez loufoutèn s’il vous plaît), dans le comté de Nordland (littéralement, la « terre du nord ») et, pour que ça soit encore plus parlant, à l’intérieur du cercle polaire arctique. En bref, dans un endroit très différent de tous ceux que j’ai pu découvrir jusqu’à présent.

coworkation Lofoten plage
Aux Lofoten, la plage n’est jamais loin de la montagne (et inversement).

Arctic Coworking Lodge : une très jeune histoire

Rolf et Stian, deux jeunes diplômés, Norvégiens du sud, sont tombés amoureux des îles Lofoten lors d’un voyage à dominante surf. Suite à cela, ils ont eu l’idée de venir s’y installer et d’y monter ce « tiers-lieu » hors du commun.

Ils trouvent une ancienne maison de pêcheurs, au bord d’un fjord. Au moment où je réservais mon séjour, ils en étaient encore à faire les travaux de transformation intérieure. Mais ils publiaient déjà le genre de photos qui font vraiment rêver.

En juin, ils accueillaient leurs premiers clients. Et quand j’y arrive, le 18 septembre, ils en ont déjà eu beaucoup. La plupart passent ici quelques jours, d’autres 2 ou 3 semaines peut-être. Et puis il y a le cas de Terri, cette graphiste web qui fait déjà partie des murs. Il y a aussi le cas de Sam, venu lui aussi d’Angleterre mais avec la particularité d’avoir effectué presque tout le trajet à vélo. D’ici quelques semaines, il reviendra pour son deuxième séjour ici, en avion cette fois.

Un « feu d’artifices » en cadeau de bienvenue

Pour ma part, je suis reçu comme un dieu ! Je ne parle pas seulement de l’accueil dans la maison que je partagerai pendant un mois. « Mère Nature » elle-même m’offre un cadeau inespéré ! Quelques heures après mon arrivée, le ciel s’illumine d’aurores boréales. Nous sommes pourtant encore loin de la « haute saison » pour ce phénomène. Je n’en crois pas mes yeux !

J’avoue que j’étais loin de penser aux aurores boréales, ce soir-là. J’étais un peu fatigué du voyage bien sûr. Mais surtout, mon esprit était en pleine digestion des superbes images encore toutes fraîches de l’atterrissage à Leknes et des quelques kilomètres pour arriver jusqu’à Arctic Coworking Lodge. Et j’avoue aussi que, même si j’espérais avoir la chance d’assister à ce spectacle au moins une fois pendant mon séjour, je savais que rien n’est jamais garanti avec la nature. Je n’en faisais donc pas une fixette, pour ne pas risquer la déception.

coworkation Lofoten aurores boréales
Aurores boréales depuis la plage de Unstad (crédit photo : Ryan Osman Photography – www.rosmanphoto.com)

Coworkation, une question d’équilibre

Après les vacances, il est temps pour moi de me remettre au travail. Plus facile à dire qu’à faire ! Ici plus qu’ailleurs peut-être (ou bien est-ce aussi parce que j’étais presque totalement déconnecté du travail depuis 2 semaines ?), ça n’est pas simple de faire en sorte que l’équilibre de mon coworkation permette de récupérer mon retard côté pro…

Effectivement, la question de l’équilibre entre les 2 composantes work (travail) et vacation (vacances), est sensible (voir dans cet article ma définition du coworkation). Mais il ne faut pas raisonner court terme, ni en termes de quantité de travail. Il faut bien comprendre que le coworkation a des avantages à moyen et long terme, sur la qualité de vie, mais aussi à court et moyen terme sur la créativité.

Alors oui, je ne dis pas que c’est facile de rester concentré sur le travail dans une ambiance très cool et un entourage très tourné vers le surf, même quand on n’est pas surfeur soi-même. Je ne dis pas non plus qu’il est facile de résister à l’envie de partir explorer ces îles extraordinaires, ces paysages impressionnants et qui changent en permanence selon l’heure du jour et les conditions climatiques.

Mais je vous assure aussi que travailler avec ce fjord et cette montagne en face ou, mieux encore, au retour d’une excursion qui m’en a mis plein les yeux, ça inspire bigrement ! C’est d’ailleurs bien là l’un des intérêts principaux du coworkation : par l’immersion dans un environnement différent de l’ordinaire et par les contacts avec de nouvelles personnes, l’horizon des possibles devient à la fois plus clair et plus large.

Écrivez-moi en commentaire ou en message ce que vous pensez de ce genre d’expérience. Et sachez que je vais probablement proposer très bientôt un séjour de coworkation « neige, surf et aurores boréales » en collaboration avec Arctic Coworking Lodge et un autre partenaire. Contactez-moi dès maintenant si cela vous intéresse.

Enfin, en complément de cet article, sachez que j’ai rapporté quelques belles photos de ce très bel environnement que constituent les îles Lofoten. J’en ai rassemblé quelques-unes, ainsi que 2 généreusement offertes par un photographe chevronné (et mieux équipé que moi), dans un calendrier pour l’année 2019. Vous pouvez encore commander ce calendrier depuis la boutique en ligne Lulu la plus proche de chez vous. Il vous suffit de cliquer ici et de choisir un calendrier dans la langue de votre choix. Attention, vous risquez de ne pas résister à l’envie de partir pour cette destination extra-ordinaire ! 🙂

4 réponses sur “Mon coworkation aux îles Lofoten, et l’équilibre travail – vacances”

  1. Merci Rémy, je me suis régalé ! En quelques lignes, tu as su « ouvrir des horizons d’attente » (comme aurait dit le bibliothécaire que j’ai été dans une autre vie…)… et de vagabondage rêveur. A quand une liaison Açores-Lofoten ?!
    Cette notion d’équilibre à trouver entre l’aventure perso et les impératifs pro me paraît comme à toi centrale. Et je trouve bien sûr très intéressant que tu places au carrefour des deux l’inspiration – et partant, la créativité (on n’est pas à Novovento coworkation Azores pour rien !).
    Au-delà (ou en-decà ?), c’est bien d’une philosophie de vie qu’il est question. Une histoire de pas posés l’un après l’autre, « d’invention du quotidien ».
    Et puis tiens, si on relisait les « conseils à un bon voyageur » de Victor Segalen ? Histoire de goûter « aux remous pleins d’ivresses du grand fleuve Diversité. »
    A bientôt l’ami !

    1. Un grand merci à toi, Karl, pour ce commentaire très sympa et ces références fort à propos. Je suis comblé par ta critique détaillée bien sûr. Mais je veux surtout te remercier d’avoir contribué grandement à m’inspirer sur ces sujets de coworking et coworkation, personnellement et conjointement avec Émilie à travers votre projet Novovento. Até logo, meu amigo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *